Les Italiens sur le front de l’Est

17,90

Résumé
À la fin du mois de juin 1941, Mussolini parvient à convaincre Hitler d’accepter un corps expéditionnaire italien sur le front russe. Le dictateur latin souhaite à la fois donner une nouvelle vigueur à l’alliance avec l’Allemagne nazie, redorer le blason des armes italiennes terni par le fiasco de la « guerre parallèle » et réclamer son dû une fois la victoire acquise. Accueilli avec scepticisme, le CSIR combat dans le secteur sud du front, encadré au sein d’armées ou de groupes d’armées de la Wehrmacht. Les relations avec les Allemands sont ambiguës. Qu’ont à gagner les Italiens sur un théâtre d’opérations où ils ne sont que de simples subalternes ?

Description

Collection : Illustoria
Numéro : HC9
Parution : août 2019
ISBN : 978-2-917575-79-6
EAN : 9782917575796
Pagination : 120 + 16
Frais de port (France) : 0,01 €

Informations complémentaires

Poids 204 g
Dimensions 14 × 20 × 1.1 cm

Biographie de l'auteur

Titulaire d’un diplôme d’études approfondies validé à l’Université des Lettres et Sciences Humaines de Nice Sophia Antipolis sous la direction du professeur Ralph Schor, David ZAMBON est spécialiste de l’histoire militaire de l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale. Il rédige régulièrement des articles pour divers magazines et est également l’auteur de l’ouvrage La 132a Divisione Corazzata « Ariete » (Éditions Caraktère, 2014).

4 Questions à l'auteur

David ZambonDavid Zambon, d’où vous vient votre passion pour l’Histoire ?

De ma plus tendre enfance. J’adorais écouter ma mère me raconter les histoires que son grand-père maternel, vétéran des deux guerres mondiales, lui narrait, en particulier la vie dans les tranchées. Puis je feuilletais, pendant des heures, les immenses albums de L’Illustration.

En quoi était-il important d’aborder ce sujet ?

L’Italie demeure le parent pauvre de l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale. Depuis quelques années heureusement, une meilleure prise en compte des sources italiennes permet un réexamen critique de son engagement diplomatique, économique et militaire.

Que vous a apporté la collection Illustoria ?

La possibilité d’aborder un thème peu traité en langue française. Le format de cette collection est fort appréciable car il privilégie l’art difficile de la synthèse. Cette synthèse devait permettre de montrer que la « guerre d’anéantissement » à l’Est n’a pas concerné que les Allemands.

À part le vôtre, quel(s) titre(s) de notre catalogue conseilleriez-vous ?

Choix cornélien s’il en est ! Mais en tant que grand amateur d’histoire romaine, je dirais le fascicule HA17, La « bataille » du Teutobourg de Yann Le Bohec.

Vous aimerez peut-être aussi…

Shares
Share This